Pourquoi le marché se doit de se replier

photodune-21269701-planning-risk-and-strategy-deadline-time-in-business-600x400

J’ai relu un article intéressant écrit en août 2015 par Joshua M. Brown[1] qui est fort intéressant et qui s’applique parfaitement à l’année 2018 que nous avons connue.

Sa logique est que le marché se doit de connaître des périodes de baisses à l’occasion, car sans un risque de baisse, les gains ne seraient jamais présents.

Essayons d’imaginer un monde sans baisses boursières. Quel prix seriez-vous prêt à payer pour un titre d’une compagnie publique sachant qu’il ne pourrait jamais diminuer ? Pour quelle raison vendriez-vous ce même titre autre que pour un besoin de liquidité ?

En théorie un investisseur serait prêt à payer un multiple exorbitant pour un tel investissement et le conserverait indéfiniment. Éventuellement, l’investisseur entrerait avec certitude dans son argent. Ne serait-ce pas un environnement idéal ? Selon l’auteur, un tel scénario serait une histoire d’horreur et je suis assez d’accord avec lui. Les indices boursiers se transigeraient à des prix démesurés, sans fondement. Pour de très longues périodes de temps, les marchés boursiers demeureraient élevés sans hausses probantes.

Un point d’équilibre serait éventuellement atteint, mais sous cette réalité le marché viendrait qu’à s’affaiblir, car même s’il n’y a pas de risque, il n’y aurait pas de récompense, non plus. Les investisseurs se diraient : « je vais faire autre chose avec mon argent ! »

La seule raison pour laquelle les actions peuvent prendre de la valeur, c’est parce qu’elles peuvent en perdre. C’est ce risque qui maintient les investisseurs aux aguets et qui évite de payer un prix démesuré pour les actions d’une entreprise.

Le retour de la volatilité cette année est sans doute une bonne chose, car plusieurs exemples au cours de l’histoire ont démontré que lorsque la croyance populaire présuppose que les marchés boursiers ne peuvent pas baisser, de graves corrections en résultent et la bulle technologique a certainement été l’une d’entre elles.

La peur est l’élément le plus fondamental du processus d’investissement. Il doit constamment demeurer présent dans l’esprit des investisseurs afin qu’ils puissent récolter toute hausse éventuelle possible.

L’investisseur boursier est récompensé pour braver cette peur, car plusieurs n’osent pas l’affronter.

 

 

[1] Conseiller en placements chez Ritholtz Wealth Management LLC.

 

Facebooktwitterlinkedinmail

Leave a Comment